dimanche 4 novembre 2012

Remontoir à échappement pour montre automatique

Vous savez ce qu'est une montre automatique : la montre-bracelet se remonte toute seule grâce aux mouvements que vous faites avec votre poignet pendant vos activités.

Bien sûr de nos jours les montres sont souvent alimentées par une pile, mais beaucoup d'Amateurs restent inconditionnels des montres mécaniques.
Il existe bien sûr des montres de prestige qui sont mécaniques et automatiques, mais on (re)trouve de plus en plus dans le commerce de telles montres à des prix abordables.

Il existe même des systèmes hybrides (par exemple le système "kinetic" de Seiko) qui alimentent mécaniquement et automatiquement un petit générateur d'électricité interne, qui lui-même recharge la batterie, qui délivre à son tour l'énergie ainsi stockée à la montre...

Bref, vous aurez compris que c'est tout un monde de passion et d'enchantement pour ceux qui apprécient l'horlogerie.

Certaines montres automatiques peuvent s'armer (on dit souvent "se remonter") à la main avec leur couronne (communément appelé "le remontoir"), mais d'autres n'offrent pas cette possibilité et on est alors obligé soit de les porter tout le temps, soit de les placer dans un boîtier remontoir spécial qui va simuler les mouvements d'un poignet en activité et les actionner pour leur permettre de continuer à tourner.

On trouve des boîtiers remontoirs dans le commerce, mais ils fonctionnent à l’électricité ce qui personnellement me pose un problème de principe :
pourquoi alimenter en électricité une montre justement conçue pour se passer d'alimentation électrique ?

J'ai donc imaginé un remontoir mécanique en bois.
Le système est basé sur un mécanisme à échappement qui régule la rotation d'une roue entraînée par un poids. C'est donc uniquement la gravité qui lui fournie l'énergie nécessaire.



Fixé à 1,80m de hauteur, ce remontoir permet d'armer une montre automatique sans arrêt pendant une heure, ce qui selon les constructeurs permet à la montre de fonctionner environ une quarantaine d'heures.

On enroule directement le fil du poids à la main, et on place la montre sur le balancier.
Le poids entraîne le déroulement de l'axe du cordeau, qui lui-même entraîne la roue dentée.
Les 33 dents orientées à 45 degrés poussent sur les coussinets à roulement de l'ancre (le "T" en haut du balancier) et entretiennent ainsi le mouvement du balancier tandis qu'icelui va-et-vient sur une fréquence d'environ un battement par seconde.


Une vidéo présentant le système en 3D :


video

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire